Typus orbis universalis, Bâle, 1550

Dates : 2020 – 2022

Responsable du programme au sein de l’UMR : Jean-Marc Besse

Membres de l’UMR impliqués dans le programme : Alain Musset, Rafela Nicolau, Anton Paumelle, Nicolas Verdier

Équipes de l’UMR impliquées : EGHO

Nom de l’institution partenaire : Universidad de Chile

Responsable du programme en dehors de l’UMR : Mauricio Onetto

Financement : Projet ECOS-SUD

Transversalités concernées : Mobilités et territoires : vers une approche relationnelle de l’espace ; Stabilités et fluidités des objets géographiques

Site internet

Description : Le projet analyse le rôle des détroits dans l’organisation des espaces politiques à l’échelle globale et régionale à l’époque moderne, et il examine en particulier le rôle du détroit de Magellan dans les processus de circulation des savoirs et des récits qui ont lié l’Europe au continent américain. De façon comparative, on étudie d’autres situations de détroits (Gibraltar, Bosphore, Malacca).

En 2020 a été célébré à différents endroits de la planète le 500e anniversaire de la « découverte » du Détroit de Magellan, passage maritime dont la traversée a permis la toute première circumnavigation de l’histoire de l’Humanité, entre 1519 et 1522. Cette « découverte » a non seulement abouti à la connexion de la presque totalité des routes maritimes entre elles, mais aussi à l’établissement de nouvelles mesures de l’écoumène – latitudes et longitudes -, faisant émerger l’idée d’une planète-globe. La Terre en tant que planète, dans sa dimension géographique, cosmographique et philosophique, fut désormais définie à partir de nouvelles références. La totalité de ses habitants, le capital, les imaginaires de l’« inconnu », etc. se trouvèrent connectés définitivement dans une nouvelle dynamique, un véritable réseau planétaire.

On pourrait affirmer que cette « découverte » doit être considérée comme l’un des événements fondateurs et constructeurs du monde moderne et de la mondialisation à proprement parler telle qu’elle existe aujourd’hui, dans la mesure où elle a permis d’envisager pour la première fois la Terre dans sa complexité et dans sa connectivité.

Tout cela nous mène à nous interroger sur sa particularité et son exclusivité dans le temps. S’agit-il d’un espace unique dans l’histoire ou est-il représentatif de l’importance qu’ont eu les détroits dans leur ensemble à travers l’histoire ?

Tant cette perspective que l’ensemble des changements signalés depuis sa découverte nous conduisent à définir conceptuellement le détroit de Magellan comme un « passage-monde ». Le Détroit est un passage-monde parce qu’il a eu, en tant qu’espace et en tant qu’événement (sa première traversée) une fonction épistémologique qui aboutit à une re-signification de la conception du monde, en même temps que par sa condition géographique de passage inter-océanique il permettait la connexion et la création de savoirs (techniques et pratiques) entre des « mondes » différents à l’échelle mondiale depuis l’Amérique.

L’objectif général du projet est d’analyser le rôle et la fonction des détroits dans l’organisation des espaces politiques à l’échelle globale et régionale au XVIe siècle et à l’époque moderne, et, dans ce contexte, d’examiner en particulier le rôle du détroit de Magellan dans les processus de circulation et de conformation des savoirs, de l’épistémè et des récits scientifiques qui ont lié l’Europe au continent américain entre les XVIe et XXIe siècles.
Le détroit de Magellan constitue à cet égard un lieu privilégié pour développer cette série d’analyses, et l’on s’efforcera de mettre en œuvre une approche comparative à l’échelle mondiale, afin de faire apparaître les caractéristiques propres à ce lieu. On envisage, dans cette perspective comparative, d’engager un ensemble d’études de cas consacrées à d’autres situations de détroits à la surface du globe (Gibraltar, Bosphore, Malacca, entre autres).

Objectifs spécifiques :

  1. Analyser la figure spatiale du “détroit” d’un point de vue à la fois historique et épistémologique, en prenant en considération l’impact de la découverte du détroit de Magellan dans la construction d’une nouvelle conception du monde et de savoirs à son sujet.
  2. Décrire et étudier les récits scientifiques qui ont utilisé le Détroit de Magellan comme un espace médiateur, légitimateur et/ou synchroniseur pour vérifier leurs postulats et élaborer une historicité propre à la discipline concernée.
  3. Examiner les discours et les imaginaires qui ont fait de la zone du Détroit de Magellan un espace de référence pour les sciences et l’ont projeté comme un territoire de valeur environnementale et paysagère, d’impact mondial
  4. Comparer sur la longue durée les expéditions qui ont traversé le détroit de Magellan, dans le but de déterminer les types de connaissances cherchées et d’observer les interconnexions qui ont pu exister entre les différentes disciplines.
  5. Envisager de façon générale la question de la place des détroits dans l’organisation des espaces géopolitiques à l’échelle mondiale.

Hypothèse :

Nous proposons pour hypothèse que la condition de passage-monde du détroit de Magellan (un espace de production de connaissance et de connexion globale), dont la première traversée a constitué un élément fondateur du monde moderne, ont conduit les sciences à considérer ce passage et ses terres adjacentes (la zone australe) comme une référence géopolitique à l’échelle mondiale et régionale, ainsi qu’un lieu privilégié pour identifier, examiner et prouver différents savoirs et postulats scientifiques ainsi que pour créer et connecter des récits scientifiques d’impact mondial.