Cette étude empirique nourrit la réflexion sur la fabrique des inégalités sociales de santé en mettant en avant le besoin accru des populations défavorisées de bénéficier de services de proximité que ce soit dans leurs quartiers de résidence, de travail, d’étude ou de loisirs.

A partir des lieux fréquentés au quotidien par 2000 jeunes adultes montréalais, cet article souligne la vulnérabilité socialement différentiée des populations face à leur espace du quotidien: les jeunes adultes les moins éduqués sont non seulement ceux qui disposent d’un nombre plus limité de services à proximité de leurs lieux d’activité (exposition différentielle) mais aussi ceux à qui cette accessibilité limitée porte le plus préjudice, tout au moins en ce qui concerne leur santé mentale (effet différentiel). En plus d’être étayés par une analyse statistique, la force variable des effets de lieu est discutée dans cet article à la lumière des mécanismes qui peuvent la produire.

Julie Vallée, Martine Shareck, Yan Kestens & Katherine L. Frohlich (2021). Everyday geography and service accessibility: The contours of disadvantage in relation to mental health, Annals of the American Association of Geographers. doi : 10.1080/24694452.2021.1940824

Voir l’article complet sur HAL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03343684/document