Arpentage à travers la friche, Avenue de Stalingrad à Saint-Denis, le 19 janvier 2019.

Dates : 2019 – 2021

Responsable du programme au sein de l’UMR : Cécile Mattoug

Équipe de l’UMR impliquée : EGHO

Responsables du programme en dehors de l’UMR : Simon Blanckaert, Marion Brun, Francesca Di Pietro, Marc Dumont, , Kristel Mazy, Hugo Rochard, Serena Vanbutsele

Nom des institutions partenaires : Maison des Sciences de l’Homme de Paris Nord, Equipe TVES (Université de Lille), UMR LADYSS (Université de Paris), UMR CITERES (Université de Tours), Institut de la Gouvernance de l’Environnement et du Développement Territorial (Université de Genève, Suisse), Faculté d’Architecture et d’Urbanisme (Université de Mons, Belgique)

Financement : Maison des Sciences de l’Homme de Paris Nord

Description : les friches urbaines, espaces transitoires omniprésents en contexte métropolitain, constituent un objet d’étude en voie de consolidation dans plusieurs disciplines (urbanisme, géographie, sociologie, aménagement, paysage, écologie). Les rencontres que proposées par l’organisation d’ateliers visent à définir une méthodologie interdisciplinaire pour l’étude des friches urbaines.

Les friches urbaines, espaces transitoires omniprésents en contexte métropolitain, constituent un objet d’étude en voie de consolidation dans plusieurs disciplines (urbanisme, géographie, sociologie, aménagement, paysage, écologie). Elles peinent à être saisies et restituées dans leurs dynamiques, du fait d’être abordées sous un regard disciplinaire qui n’en sélectionne qu’un aspect suscitant l’intérêt voire une certaine fascination : leur matérialité, les pratiques sociales, leurs imaginaires, des formes d’engagement associatif ou politique.

A la suite de ce qu’ont pu représenter par le passé d’autres figures comme les espaces publics, la multiplication contemporaine des friches demande de prendre un certain recul pour les comprendre de façon transversale comme objet sociétal multidimensionnel et fortement révélateurs des nouvelles tensions et spatialités propres aux sociétés urbaines. Les rencontres proposées par l’organisation d’ateliers visent à définir une méthodologie interdisciplinaire pour l’étude des friches urbaines.

Ces explorations sont collectées dans un atlas éclectique. A travers une démarche itinérante, les regards croisés de chercheurs et de praticiens issus de disciplines et d’horizons variés permettent de sérier et d’analyser ces espaces difficiles à définir de façon comparative. Cette approche interdisciplinaire et internationale vise à établir un lexique commun des friches urbaines, pour entrevoir comment les services rendus par les friches (aménités, usages spécifiques, intérêt écologiques et paysagers) peuvent être valorisés de façon transversale.