Le centre Marc Bloch organise du 6 au 8 septembre un séminaire consacré aux pratiques des langues en contexte transnational : expériences du long XXe siècle.
Les usages et circulations des langues minoritaires dans un contexte international permettent d’observer des fonctionnements « transversaux ». L’espéranto qui apparaît en 1887 constitue une expérience linguistique non centralisée. Le pouvoir de décision est rapidement dévolu à la communauté des locuteurs, qui fonctionne comme un « collège invisible » faisant évoluer la langue par l’usage. De même, les espérantistes font immédiatement un effort soutenu de diffusion auprès d’un grand nombre de communautés linguistiques, vers les langues « impériales » (français, anglais, allemand, russe…), mais également en direction de peuples dominés et sans État. Ils s’adressent à l’ensemble de la communauté des nations, bien au-delà de l’Europe. Dans d’autres registres de l’action collective, on peut s’intéresser au statut des langues et aux pratiques linguistiques dans les mouvements et/ou groupes transnationaux se revendiquant d’une éthique égalitaire.

Le séminaire, organisé par le centre Marc Bloch de Berlin est ouvert aux étudiants en master, doctorat et aux post-doctorants de toutes les universités. Les candidats sélectionnés recevront un financement pour leurs frais de voyage et d’hébergement à Berlin (financement de l’Université Franco-Allemande).

Le programme est composé de trois ateliers qui se tiendront en 2021 à Berlin, en 2022 à Bonn et en 2023 à Paris.

Partenaires
CNRS, University of St Andrews, Universität Bonn

Contact
Denis Eckert, directeur de recherche au CNRS, membre de Géographie-cités
eckert ( at ) cmb.hu-berlin.de