drapeau européenLabex DYNAMITE
Masters Carthagéo et GéoPrisme (Universités Paris 1, Université de Paris, ENSG)

Séminaire de Recherche, 3-4 février 2022
Organisé par Anne Bretagnolle, membre de Géographie-cités et Antonine Ribardière
Lieu : Institut de Géographie, 191 rue Saint-Jacques – 75005 Paris

L’Europe, une région du monde

L’Europe constitue un objet géographique particulièrement complexe et qui interroge l’ensemble des sciences sociales. Contrairement à d’autres régions du monde, il n’est pas possible d’en donner une définition par le tracé de son contour externe, et il existe autant d’études tendant à montrer son homogénéisation progressive (par l’intégration économique, par la mise en réseau des grandes villes, par l’ancienneté de la démocratie et de l’émancipation politique, par les processus de normalisation émanant de l’UE, etc.) que d’analyses mettant en évidence de profondes différenciations internes (réactivation d’anciens tracés de frontières lors d’élections politiques, mouvements d’autonomisation de régions, positions dans l’économie-monde profondément différentes entre l’ouest et l’est, modes de vie et cultures séparant fortement, par exemple, les villes « scandinaves » des villes « latines », etc.).

Peut-on parler d’un modèle de villes européen, ou existe-t-il au contraire plusieurs modèles de villes en Europe ? Peut-on identifier une spécificité européenne en matière d’aménagement du territoire ? L’intégration régionale, si tant est qu’elle existe en Europe, procède-t-elle d’un processus d’européanisation « par le haut » (l’Union Européenne notamment) ou par le bas (circulation de modèles urbains par la mise en réseau de villes à l’occasion d’associations ou de projets de l’UE, circulation de migrants d’un pays à un autre, intégration transfrontalière, etc.) ? La diffusion de statistiques européennes labellisées et de plus en plus normalisées par Eurostat constitue-t-elle un enrichissement ou au contraire une perte d’informations pour les chercheurs qui s’intéressent à l’Europe ?

A l’heure où les Etats européens sont traversés par de profondes tensions politiques, qui ravivent des formes de nationalismes et qui éprouvent la construction de l’Union Européenne (Brexit), il nous a semblé important de proposer quelques éclairages sur l’actualité de la recherche en géographie concernant le continent européen.

Programme

Jeudi 3 février : Institut de Géographie (salle 412 le matin, salle 402 l’après-midi)

9h15 – 10h : Christian Grataloup, Professeur de géographie émérite à l’Université de Paris
« L’Europe des villes » (titre provisoire)

10h – 10h45 : Camille Schmoll, Directrice d’Études – École des Hautes Études en Sciences Sociales, membre de Géographie-cités « L’Europe des migrant-e-s »

10h45-11h45 : questions et discussion

14h15 – 15h : Erik Gloersen, Consultant Senior et associé, Bureau d’études Spatial Foresight
« Décrire les territoires européens : le rêve de la « grande base de données » et la recherche de solutions alternatives ».

15h – 15h45 : Clément Corbineau, Consultant Junior, Bureau d’études Spatial Foresight « Compiler et diffuser des bases de données territoriales européennes : pourquoi ? comment ? »

15h45 – 16h45 : questions et discussion

Vendredi 4 février : Institut de Géographie (Nouvel Amphi)

14h30 – 15h15 : Guy Baudelle, Professeur, Université de Rennes 2.
« Les frontières et la coopération transfrontalière en Europe »

15h15 – 16h : Nicolas Escach, Maître de Conférences à l’Institut d’Etudes Politiques de Rennes
« Les réseaux de villes en Europe : l’exemple de la Baltique »

16h – 17h : questions et discussion