RaffineriePlusieurs médias révèlent au grand jour le 20 octobre une étude publiée par deux historiens et un sociologue dans la revue scientifique Global Environmental Change. Une étude qui montre que Total Energies, bien que consciente des risques dès 1971, a mis en doute les données scientifiques qui menaçaient ses activités. 

Comment Total a réagi à l’évolution de la science et de la politique en matière de réchauffement climatiques au cours des 50 dernières années

Cette étude, à partir de nouvelles recherches d’archives et d’entretiens de première main, décrit comment Total et Elf (les deux entreprises ont fusionné en 1999) ont réagi à l’évolution de la science et de la politique climatiques au cours des 50 dernières années.
Les chercheurs Christophe Bonneuil (Centre de Recherches Historiques, CNRS & EHESS, Paris Sciences et Lettres, Paris, France), Pierre-Louis Choquet (Centre de Sociologie des Organisations, SciencesPo, Paris, France) et Benjamin Frantac (Department of History, Stanford University, Stanford, CA, United States) montrent que le personnel de Total a reçu des avertissements sur le potentiel de réchauffement climatique catastrophique de ses produits dès 1971. Total a été mieux informé sur le sujet dans les années 1980 et a commencé à douter de la base scientifique du réchauffement climatique à la fin des années 1980, pour finalement adopter, à la fin des années 1990, une position qui consiste à accepter publiquement la science du climat tout en promouvant le report des politiques  de contrôle des combustibles fossiles. Il s’agit de l’une des premières études longitudinales sur les réponses d’une grande entreprise de combustibles fossiles au réchauffement climatique, décrivant les étapes historiques de la prise de conscience, de la préparation, du déni, et de retardement.

 » Pollution atmosphérique et climat  » : l’article de François Durand-Dastès au départ de l’enquête

En 1971, le magazine Total Information , tiré à 6 000 exemplaires, contenait un article intitulé « Pollution atmosphérique et climat », signé par François Durand-Dastès, géographe spécialiste du changement climatique, professeur émérite et membre du laboratoire Géographie-cités.

Dans cet article, François Durand-Dastès explique que « Depuis le 19e siècle, l’homme brûle des quantités croissantes de combustibles fossiles » et que « cela entraîne la libération d’énormes quantités de dioxyde de carbone » dont la quantité globale « présente dans l’atmosphère a donc augmenté de manière significative […] environ 15% au cours des 150 dernières années ». Et d’alerter :

« Cette augmentation de la concentration est assez inquiétante […] le dioxyde de carbone
joue un grand rôle dans l’équilibre thermique de l’atmosphère […] l’air plus riche en dioxyde de carbone absorbe davantage de rayonnement et se réchauffe ». Il prévient que, par conséquent, « une augmentation de la température moyenne de l’atmosphère est à craindre. Les ordres de grandeur calculés sont évidemment faibles (de 1 à 1,5 ◦C) mais pourraient avoir des impacts importants. La circulation atmosphérique pourrait être modifiée. Il n’est pas impossible de prévoir « une fonte au moins partielle des des calottes polaires, ce qui entraînerait certainement une élévation significative du niveau de la mer. Les conséquences catastrophiques sont faciles à imaginer. »
F. Durand-Dastès. La pollution atmosphérique et le climat. Total Information 47, 1971, p. 12–19.

Finalement, rappelle le journal Le Monde,  ce n’est qu’au milieu des années 2000 que Total reconnaitra « véritablement le « sérieux » des rapports du GIEC et organise une conférence sur le changement climatique« .

Télécharger C. Bonneuil, P.-L. Choquet, B. Franta  » Early warnings and emerging accountability: Total’s responses to global warming, 1971–2021″, 19 octobre 2021 inGlobal Environmental Change.

Télécharger le numéro de Total Information de 1971

Articles de presse associés

Changement climatique : comment Total et Elf ont contribué à semer le doute depuis des décennies », le Monde, 20 octobre 2021

« Depuis 1971, Total connaît les effets de son activité sur le climat, et n’a rien fait », l’OBS, 20 octobre 2021

Total, champion de la stratégie du doute selon une étude, France 24, 20 octobre 2021

Climat: Total connaissait son impact sur le réchauffement dès 1971, Huffpost, 20n octobre 2021