Le Mobiliscope est un outil libre de géovisualisation de la population présente et de la ségrégation sociale dans les villes au cours des 24 heures de la journée. Il permet de quantifier et qualifier heure par heure la population présente dans les territoires et de fournit par exemple des éléments de réponse aux questions suivantes.

Ce territoire est-il plus fréquenté en journée par les cadres supérieurs ou par les ouvriers ? Par les femmes que par les hommes ? Quelles sont les zones les plus attractives pour les loisirs et à quelle heure ? Quel est le mode de transport le plus utilisé pour se rendre dans les centres des villes en journée ? En soirée ? Comment évolue la ségrégation sociale d’un territoire au cours de la journée ?

L’outil est librement accessible à l’adresse https://mobiliscope.cnrs.fr et peut intéresser différents profils d’utilisateurs : spécialistes de politiques publiques et d’aménagement du territoire, scientifiques, monde de l’éducation, grand public.

Une nouvelle version de l’outil (la quatrième) est mise en ligne le 8 avril 2021. Dans cette nouvelle version, 26 territoires français métropolitains et ultramarins (Martinique et La Réunion) sont ajoutés aux 23 territoires français et aux 6 territoires québécois déjà présents. En France, l’outil couvre ainsi 10 000 communes dans lesquelles réside 60 % de la population du pays. Le Mobiliscope utilise et transforme des données concernant 2 528 000 déplacements réalisés par 792 000 personnes interrogées au cours de vastes enquêtes publiques de déplacements.

Développée au laboratoire Géographie-cités par Aurélie Douet et Julie Vallée avec le soutien de l’Agence nationale de la cohésion des territoires, cette nouvelle version connait une importante refonte de son interface. L’outil permet ainsi désormais d’identifier les habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville. Autre nouveauté : une couche OpenStreetMap permet de se repérer plus facilement dans la carte interactive et de localiser les bâtiments publics ou autres équipements (universités, hôpitaux, zones d’activités, etc.) pouvant expliquer les rythmes quotidiens des territoires.

L’outil est proposé depuis ses débuts sous licence libre AGPL. Poursuivant son engagement pour une science ouverte, la nouvelle version permet d’accéder aux jeux de données françaises agrégées mis à disposition sous licence libre ODbL.