Social inclusionMarion Maisonobe, chargée de recherche au CNRS, membre du laboratoire Géographie-cités a coordonné avec Gil Viry (Université d’Edimbourg), Christoph van Dülmen (Institut d’études rurales de Thünen) et Andreas Klärner (Institut d’études rurales de Thünen), le n°3 de la revue Social Inclusion consacrée au rôle de l’espace géographique, des lieux et des réseaux sociaux sur la participation sociale, revue dont ils ont cosigné l’éditorial.

La littérature actuelle reconnaît l’importance de situer les réseaux sociaux dans des contextes spatiaux afin de mieux comprendre comment l’espace, les lieux et les réseaux sociaux interagissent et sont co-constitués. Malgré cela, la littérature spécialisée en analyse des réseaux sociaux accorde peu d’attention aux dimensions spatiales des réseaux sociaux et reste largement déconnectée du vaste corpus de recherche portant sur les réseaux spatiaux en géographie et dans les domaines connexes.
Ce numéro thématique est une étape vers l’avancement de ce programme de recherche. Il examine aussi comment lier cette approche aux questions d’inclusion sociale et de participation sociale. Il comprend une sélection d’études portant sur la relation entre l’espace géographique et les réseaux sociaux dans une grande variété de domaines de recherche et de contextes. Les contributions utilisent des approches originales, souvent mixtes, et des perspectives multiples pour saisir le rôle de l’espace et l’expérience des lieux dans la formation de réseaux personnels à travers des dimensions physiques, culturelles et géographiques.

Télécharger Social Inclusion, 2022, Volume 10, Issue 3: On the Role of Space, Place, and Social Networks in Social Participation. Published by Cogitatio Press.

Dans ce numéro, lire :

G. Viry, C. van Dülmen, M. Maisonobe, and A. Klärner. On the Role of Space, Place, and Social Networks in Social Participation (Editorial). Social Inclusion (ISSN: 2183–2803) 2022, Volume 10, Issue 3, Pages 217–220

Claire Bidart, Marion Maisonobe, Gil Viry. Analysing Personal Networks in Geographical Space Beyond the Question of Distance. Social Inclusion (ISSN: 2183–2803) 2022, Volume 10, Issue 3,p.233-247
Résumé : L’analyse spatiale des réseaux personnels est souvent limitée à la prise en compte des distances résidentielles entre les acteurs. Si la distance est une caractéristique essentielle des relations sociales, elle ne suffit pas à rendre compte des configurations spatiales caractérisant les réseaux personnels. Cette étude propose une nouvelle approche pour cartographier et analyser les réseaux personnels en tenant compte de leur portée géographique et de la distribution des lieux de résidence des membres du réseau entre agglomérations urbaines. Nous effectuons une analyse factorielle et une classification permettant de faire ressortir plusieurs types de géographie des réseaux personnels à partir des données issues de deux enquêtes sociologiques : le Panel de Caen et l’enquête suisse MOSAICH. Nous analysons les résultats de la classification d’un point de vue quantitatif et qualitatif, puis nous examinons dans quelle mesure les classes obtenues sont liées aux caractéristiques sociales des répondants et de leurs réseaux personnels. Nous concluons en discutant l’intérêt de cette approche pour une meilleure intégration de l’information géographique à l’analyse sociologique des réseaux personnels et pour repenser les réseaux et l’espace géographique comme étant co-constitués.

Cogitatio est un éditeur fondé en 2014 dans le but de promouvoir la diffusion en accès libre des connaissances scientifiques.
Social Inclusion (ISSN : 2183-2803) est une revue en accès libre évaluée par les pairs qui offre aux universitaires et aux décideurs politiques un forum pour discuter et promouvoir une société plus inclusive socialement.

Marion Maisonobe est chargée de recherche en géographie au Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Elle étudie la diffusion spatiale des connaissances et la géographie des flux, des échanges, et des sociabilités à des échelles multiples. En utilisant des méthodes d’analyse de réseaux et de visualisation de l’information, elle cherche à rendre ses approches plus accessibles et reproductibles. Elle est en charge du développement de l’application web NETSCITY pour la cartographie des données scientifiques.