Les mobilités et les espaces publics sont deux objets qui méritent d’être articulés, et ce, afin de mieux comprendre les enjeux de l’espace des sociétés. Ce livre montre que les mobilités inscrivent les espaces publics à des échelles bien plus larges que celles auxquelles ils sont habituellement appréhendés. Il donne aussi à voir combien les espaces publics mettent les mobilités aux prises avec l’altérité du monde et des corps.

Issues de divers horizons disciplinaires (géographie, urbanisme, sociologie, science politique), les contributions s’appuient sur une large palette de territoires, en France et dans le monde, et de méthodes, y compris les plus expérimentales : recherche-création, traversées sonores ou déambulations participatives. En faisant de la mobilité une catégorie fondatrice de l’espace public, ce volume donne tout son sens à l’expérience du passage comme matrice inattendue de l’espace des sociétés, à travers laquelle se fait et se défait le commun.

L’ouvrage a été coordonné par Antoine Fleury, Jean-Baptiste Frétigny et Dimitra Kanellopoulou. Il a été publié avec le soutien des laboratoires MRTE (CY Cergy Paris Université) et Géographie-cités.

Consulter la présentation sur le site des Presses universitaires de Rennes (avec en accès libre : l’introduction, la table des matières, la 4e de couverture et autres documents).